Plan vert sovietique

Écologie bourgeoise ou écologie socialiste ?

  • Par jc13
  • Le 14/01/2019

Le mode de production capitaliste épuise la biosphère* en prélevant plus qu'elle ne peut régénérer. Cela est reconnu par l'immense majorité des scientifiques : nous connaissons la sixième grande extinction de masse, qui pourrait emporter avec elle l'immense majorité de l'Humanité.

 

Même la NASA, peu suspecte de sympathies marxistes, assure que la "civilisation" (entendre ici : les sociétés capitalistes) s'effondrera d'ici quelques décennies car la majorité la plus pauvre de la population mondiale mourra, faute de ressources suffisantes et par l'accaparement du peu qu'il restera par les bourgeoisies impérialistes. Cela sans compter les centaines de millions de morts dus à la pollution atmosphérique, terrestre, aquatique...et aux diverses guerres de partage des ressources et catastrophes climatiques.

*La biosphère est une des couches qui constituent notre planète, celle dans laquelle nous évoluons. Elle est constituée par l’ensemble des êtres vivants et leurs milieux de vie.

 

Le mythe du "capitalisme vert" :

La conception selon laquelle le capitalisme se régulerait de lui-même et trouverait donc lui-même la solution aux problématiques environnementales est totalement décrédibilisée. Force est de constater que les firmes transnationales et les immenses monopoles de l'information et de la communication (ceux que l'on nomme les GAFAM : Google Apple Facebook Amazon Apple Microsoft) ne parviennent en rien à faire reculer l'échéance de l'effondrement non seulement du capitalisme mais avec lui des sociétés industrielles. Le réchauffement climatique est d'ores et déjà jugé inévitable, des "zones mortes" apparaissent dans les océans ainsi qu'un continent de plastique... Aucune des "innovations" de la Silicon Valley ne permet d'y faire face... au contraire. Contrairement à ce que prétendent les promoteurs de l'économie "dématérialisée", celle-ci se caractérise par un degré d'industrialisation élevé : serveurs imposants et énergivores, production d'outils et de biens de consommation complexes et gourmands en minerais de toute sorte (dont les fameuses terres rares ou le cobalt du Congo) en voie de raréfaction...la nouvelle "révolution industrielle" apporte avec elle son lot d'exploitation, de pollution, de gaspillage des matières premières...(voir Quand le progrès technique et les nouvelles technologies sont au service de l'exploitation Avant-Garde n°5, mai 2018)

De plus en plus, cette conception "libérale" de l'écologie laisse la place au "keynésianisme vert", dont le plus ardent défenseur est, à l'instar de l'ensemble de la nouvelle social-démocratie européenne, Jean-Luc Mélenchon. Derrière les slogans de "planification écologique" et d'"écosocialisme", Mélenchon est parvenu à convaincre un grand nombre de progressistes. En réalité, la planification proposée par Mélenchon est une planification "incitative", sur le modèle des Trentes Glorieuses. Cette "planification", qui s'inscrit en réalité dans une logique de collaboration entre le Travail, le Capital et l'État (vu comme arbitre neutre entre les deux forces précédentes), a pour objectif, au besoin en étatisant quelques entreprises selon la maxime "socialiser les pertes, privatiser les profits"... de créer les conditions d'un "capitalisme vert", basé sur l'exploitation, entre autres, des énergies nouvelles renouvelables (ENR). Si cette politique n'est aujourd'hui pas majoritaire dans les pays capitalistes, car elle va contre les intérêts des monopoles liés à l'exploitation des énergies fossiles ; elle ne remet pas en cause les structures fondamentales du mode de production capitaliste, qui sont pourtant à l'origine du problème.

Le capitalisme se caractérise par l'anarchie du développement des forces productives et la surproduction. Pour survivre et faire face à la baisse tendancielle du taux de profit, une entreprise capitaliste doit sans cesse produire puis écouler cette production et en dégager le plus de marge possible. Pour écouler la production, les capitalistes ont deux solutions : l'écouler sur un marché de consommateurs ou la détruire, par la guerre par exemple.

La demande est donc bien souvent créée artificiellement afin d'écouler des biens dont la production ne dépend d'aucun impératif social.

Le cas le plus emblématique est la production d'appareils numériques comme les smartphones : les monopoles comme Apple ou Samsung produisent sans cesse de nouveaux modèles sans qu'aucune innovation majeure ne nécessite de remplacer les anciens modèles. Pour écouler cette surproduction, on recourt à d'immenses campagnes marketing, visant à rendre obsolète les anciens modèles et à créer un besoin artificiel.

Mais lorsque la puissance publicitaire ne suffit pas à écouler la production, les monopoles ont recours à d'autres techniques comme l'obsolescence programmée.

L'obsolescence programmée consiste à produire des biens en faisant en sorte que ceux-ci se détériorent le plus rapidement possible, afin de pousser le consommateur à en racheter. Ainsi la fabrication de biens de consommation de mauvaise qualité et polluant est-elle devenue une norme.

Aussi, produire de manière "durable" est aux antipodes du capitalisme, y compris "vert" : panneaux solaires aux matériaux polluants, tomates "bio" produites à des centaines de kilomètres du lieu de consommation dans des fermes hors-sol et par des travailleurs sous-payés...

Les conséquences de la surproduction et de l'anarchie économique propres au capitalisme sont un gaspillage immense, et donc leur épuisement, de matières premières mais aussi de forces productives (outils de production et travailleurs) qui pourraient être utilisées au service de l'Humanité toute entière.

Ce gaspillage est, notamment, particulièrement visible dans l'agriculture, où le capitalisme détruit à grand renfort d'accords de libre-échanges les structures paysannes pour y imposer une agro-industrie irrationnelle qui épuise les sols, pollue les eaux et met en péril la souveraineté alimentaire de régions entières.

C'est donc bien la course au profit et l'anarchie dans la production propre au capitalisme qui causent la crise écologique, mettant en péril l'Humanité.

Tandis que les politiciens bourgeois et sociaux-démocrates promettent le "capitalisme vert" par la "main invisible du marché" ou par un pseudo "État-providence" (le "keynésianisme vert" de la France insoumise et de Génération.s) ou, avec un cynisme des plus nauséabonds, notamment dans le cas de la droite et de l'extrême droite, pointent la démographie des pays sous domination impérialiste ; nombre d'écologistes "radicaux" proposent de se retirer en des communautés vivants sur un mode de vie équitable et démocratique, ou encore de changer la société "par le bas" par des initiatives locales... ainsi il s'agirait de faire son potager, voire sa commune autogérée pour les plus ambitieux, en attendant tranquillement la fin du capitalisme.

 

Ces conceptions permettent-elles une véritable alternative au capitalisme exterminateur ?

Décroissance ou socialisme ?

Ces théories dites de la "décroissance" partent d'abord d'un constat juste : le capitalisme met en péril les conditions de survie de l'Humanité en détruisant la biosphère.

Mais l'amalgame est vite fait entre développement des forces productives et capitalisme. Ainsi nombre de décroissants ou d'écologistes radicaux dénoncent le "productivisme", la course aux technologies, le "consumérisme".

Ainsi le YouTubeur Game Spectrum dans sa vidéo Les jeux-vidéos vont-ils disparaître ?, arrive à la conclusion qu'il nous faudra ainsi abandonner nombre de hautes technologies, renoncer à la robotisation ou à la conquête spatiale.

Ce discours se base sur un point : la résignation face à l'effondrement du capitalisme, assimilé comme seul horizon possible des civilisations industrielles.

Par exemple, pénurie imminente des ressources minières exploitées par les nouvelles technologies entraînent les décroissants à condamner ces technologies. L'industrie est considérée en soi comme en opposition avec la nature.

Ces positions sont non seulement dangereuses, car elles prêchent la passivité aux travailleurs (à quoi bon prendre le pouvoir et même lutter sur son lieu de travail quand on peut aller élever des chèvres dans le Larzac?) et les culpabilisent (ces salauds qui ne prennent pas la bicyclette pour faire 2h30 de route pour aller au travail!), mais aussi parfaitement réactionnaires, car elles condamnent le développement des forces productives en soi, développement pourtant nécessaire à l'émancipation de l'Humanité et à la maîtrise de la biosphère, ignorant que c'est en réalité le capitalisme qui condamne ce développement à entraîner en contradiction avec la nature (voir partie I). Or, cette contradiction peut et doit être dépassée.

Ce dépassement est possible en mettant en place une économie où la production est planifiée, en fonction des capacités de production et des besoins sociaux de chaque individu. Cette planification démocratique, les besoins sociaux étant définis collectivement par les travailleurs, et scientifique, car elle repose sur une évaluation scientifique des capacités de production, est évidemment impossible sous le capitalisme : elle nécessite la destruction du capitalisme par la socialisation des moyens de production : ce que nous nommons le socialisme. Le socialisme ne peut être édifié que par la classe des travailleurs elle-même, qui doit se constituer en classe dirigeante, en détruisant le pouvoir politique de la bourgeoisie : ce que l'on nomme l'État ouvrier et populaire.

Le socialisme seul peut ainsi effectuer la fameuse "transition énergétique", en mettant fin à l'exploitation des énergies fossiles, sans aucune destruction d'emplois et en conservant l'outil industriel dans le cadre d'une nouvelle industrie ; ce dont le capitalisme est incapable comme le montre le projet de fermeture de la Centrale thermique de Gardanne qui met en péril des centaines d'emplois qualifiés.

Seul le socialisme peut aussi procéder à la liquidation de l'agrochimie au bénéfice d'une agroécologie populaire, comme l'ont fait l'URSS, entre 1935 et 1954, et Cuba (voir article dans l'Avant-Garde n°7 et sur le site) et au développement de la technoscience, enfin libérée de la dictature du profit, pour trouver de nouvelles sources d'énergie (comme la fusion nucléaire ou le thorium, les algues, les déchets végétaux...) moins polluantes et renouvelables par exemple. Le développement de la technoscience est encore riche en potentialités qui permettront de faire des bonds qualitatifs dans la production et d'adapter celle-ci aux cycles de la biosphère, et donc de maîtriser celle-ci ; tout en améliorant les conditions d'existence de l'immense majorité de l'Humanité.

L'agro-écologie est un exemple que l'Homme peut maîtriser la biosphère par une juste compréhension de celle-ci et ainsi en augmenter les capacités productives, en protégeant et en régénérant les sols.

Les "ressources naturelles" ne sont ainsi pas fixées contrairement à ce que dit le discours "décroissant", fataliste voire misanthrope dans certains cas.

Mais le socialisme n'est évidemment pas une solution miracle et définitive. L'épuisement des matières premières non renouvelables, les dégâts immenses causés par le capitalisme à la biosphère... sont autant de défis nouveaux pour l'Humanité. A terme ce défi doit être résolu par un développement harmonieux des forces productives à l'échelle du globe, permettant ainsi à l'Humanité d'une part d'éliminer la misère et l'exploitation, et de l'autre de maîtriser la Nature, par un usage scientifique de celle-ci, c'est à dire basé sur une juste compréhension du fonctionnement de la biosphère.

Ce dépassement de la contradiction millénaire entre l'Homme et la Nature, rendu possible par la maîtrise par l'Humanité de sa propre production ; nous le nommons communisme, qui englobe des problématiques qui vont bien au-delà de la question écologique comme l'extinction de la division travail intellectuel/travail manuel en tant que dernier facteur d'inégalité sociale entre les individus, le dépérissement de l'État en tant qu'organe répressif...ces problématiques, bien loin d'un quelconque utopisme, sont l'objet de la science marxiste que nous continuerons à développer.

Construire le communisme commence dès aujourd'hui par la lutte pour la prise du pouvoir par les travailleurs et l'édification du socialisme dans chaque pays.

Le Socialisme ou la Mort n'est pas un simple slogan, c'est une réalité !

 

socialisme révolution planification écologie économie

×