IL Y A 150 ANS: LES TRAVAILLEURS AU POUVOIR!

  • Par jc13
  • Le 18/03/2021

Le 18 mars 1871, le petit peuple ouvrier et artisan chassait de Paris le gouvernement réactionnaire d’Adolphe Thiers, qui voulait désarmer le peuple. Peuple qui avait résisté vaillamment à l'occupation prussienne, provoquée par l'aventurisme de l'autocrate Louis-Napoléon Bonaparte.

 

 

Visuel commune

 

 

Le peuple travailleur de Paris, renouant avec ses glorieuses traditions révolutionnaires, établit la Commune, forme inédite de gouvernement populaire. Car si le nom même du nouveau pouvoir faisait référence à la Commune insurrectionnelle établie en 1792, c'est bien vers l'avenir que les Communards se tournèrent.

La Commune permit pour la première fois de l'Histoire à la classe ouvrière d'exercer elle-même le pouvoir, réalisant la démocratie véritable, en rupture avec la démocratie bourgeoise. L'application du mandat impératif permettait aux travailleurs assemblés de contrôler leurs délégués au Conseil de la Commune. « Au lieu de décider une fois tous les trois ou six ans quel membre de la classe dirigeante devait "représenter" et fouler aux pieds le peuple au Parlement, le suffrage universel devait servir au peuple constitué en communes. [...] Son véritable secret, le voici : c'était essentiellement un gouvernement de la classe ouvrière, le résultat de la lutte des producteurs contre la classe des appropriateurs, la forme politique enfin trouvée qui permettait de réaliser l’émancipation économique du travail », écrivit ainsi Karl Marx dans "La Guerre civile en France".

La Commune ne dura que quelques mois, écrasée dans le sang par les troupes versaillaises lors de la Semaine sanglante du 21-28 mai 1871. Mais elle montra que le slogan de l’Internationale ouvrière, fondée cinq ans plus tôt, "l'émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes" n'était pas une utopie : moratoire sur les dettes et les loyers qui accablaient le peuple, cantines populaires, école libre, gratuite et obligatoire, séparation de l’Église et de l’État, réquisition d'ateliers fermés par les patrons et réouverture sous le contrôle des travailleurs, pensions pour les veuves et orphelins... Alors que le pouvoir ouvrier était assiégé, il mit tout en œuvre pour satisfaire les besoins de la population.

L'expérience de la Commune de Paris a été la première tentative dans l'Histoire de jeter les fondations d'une société nouvelle, fondée sur l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme. Elle fut très riche d'enseignements pour le mouvement ouvrier, dans ses réussites comme dans ses échecs. Elle permit de démasquer une fois pour toutes le visage véritable de la République bourgeoise, antithèse de la République sociale des travailleurs que cherchèrent à fonder les Communards. Elle permit d'éclairer le fait que la seule voie pour l'émancipation, pour une société libre de toute exploitation et de domination, est le renversement révolutionnaire de l'Etat bourgeois, sa destruction complète et sa substitution par la dictature du prolétariat, c'est à dire le pouvoir des travailleurs assemblés, imposée sur la minorité exploiteuse.

La Commune conclut le cycle des insurrections parisiennes qui avaient marqué le tempo de la Révolution française, et ouvrit celui des Révolutions socialistes du XXème siècle et, soyons en certain, du XXIème.

En cette année 2021, la Jeunesse Communiste s'engage à continuer l’œuvre des Communards !

Pour le pouvoir ouvrier, pour le socialisme-communisme !

Organisons le combat classe contre classe !

 

 

révolution socialisme lutte Marx histoire

×