Du salaire, pas des primes !

Pas de primes

Le gouvernement annonce vouloir pour ceux qui travaillent une prime exceptionnelle de 1000€ liée au risque.

C'est une tentative éhontée d'acheter la paix sociale dans des entreprise absolument pas nécessaires à la satisfaction des besoins vitaux du peuple ! Nous refusons de mettre en danger notre vie et celle du reste de la population sous le chantage de 1000€. Cette manœuvre cherche à empêcher les mouvements de droit de retrait ou de grèves dans les secteurs où la sécurité n'est pas respectée, dans des entreprises non vitales qui devraient fermer !

Qui plus est, cette prime va être à la fois défiscalisée et désocialisée. Des mots même du gouvernement, cette prime "ne coûte(ra) rien de plus à l'entrepreneur que ce qui est versé". Une prime que nous auront en définitive à payer nous-mêmes via des impôts, car financée par de l'argent public !

Ce que nous voulons c'est du salaire, dont les cotisations alimentent la sécurité sociale, dont les impôts puissent financer l'hôpital public, qui ne puisse pas indirectement être facturé aux travailleurs. L'ampleur de la crise sanitaire nous rappelle à quel point les années de casse des services publics et de la sécurité sociale ont été mortels. Faire le choix d'une prime et non de salaire, refuser les cotisations sociales c'est poursuivre dans cette voie qui montre aujourd'hui à quel point elle est dangereuse.

On ne peut pas pointer du doigt ceux qui continuent d'aller dehors tout en demandant à des secteurs non-essentiels de tourner. Tout en profitant des années d'austérité, de bas salaire et de vie chère pour soumettre à un chantage odieux les travailleurs les plus pauvres.

C'est pourquoi nous dénonçons ces nouvelles primes hypocrites. La réelle réponse est simple !

vie chère salaires précarité

×