Img 20220710 143023

WEEKEND FEDERAL D’ETE (3) : FORMATION-DISCUSSION « DROITS LGBT+ ET LUTTE DES CLASSES »

Dimanche 10 juillet, lors de notre weekend fédéral d’été à notre local, nous avons organisé une formation-discussion au sujet des droits et luttes LGBT+ et leurs rapports à la lutte des classes. Nourrissant des réflexions sur l’analyse marxiste-léniniste sur les questions de genre et de sexualité dans l’Histoire et sous le capitalisme, il a été question de comment assurer l’unité de notre classe, aussi diverse soit-elle, en portant dans les luttes des revendications populaires défendant les prolétaires LGBT+.

De Stonewall à nos jours en passant par la Pride de Londres en 1984, qui vit la participation massive du Syndicat des Mineurs, le caractère de classe des luttes LGBT+ a été souligné, et ce malgré leur récupération par les monopoles capitalistes et les institutions bourgeoises, les mêmes qui tolèrent pourtant des régimes réactionnaires et développent des groupes néofascistes jusqu’à même l'Assemblée nationale.

Contre cette récupération, il est important de s'approprier notre histoire : à travers la question de l'émancipation des minorités sexuelles et de genre, c'est celle de l'émancipation humaine dans son ensemble qui est posée. C'est le droit à chacun de vivre librement et dignement, de disposer d'une vie privée et sociale riche, correspondant à sa propre individualité.

Pride 1984

Cette individualité, celle de l’être humain, riche et complexe, a toujours été contenue, freinée, mutilée, aliénée par les sociétés fondées sur l’exploitation. Les classes exploiteuses ont réduit l’être humain à n’exister qu’à travers des rapports de production. Ainsi, la première division sociale du travail, le genre, a divisé l’humanité entre hommes et femmes. Deux rôles déterminés, aux fonctions séparées. Il apparaît pourtant que ces catégories (celles du genre en première instance) ne peut permettre l’épanouissement complet de la vie psychologique, sociale, sexuelle et affective de l’individu. Elles ne peuvent être vécues que comme des aliénations.

La construction du socialisme-communisme permet de jeter les bases matérielles d'une telle émancipation, d'une part en garantissant l'autonomie matérielle des individus (travail, logement, santé...) et d'autres part en permettant le dépassement de la famille bourgeoise vers un nouveau type de famille, fondée avant tout sur "les liens d'amour et d'affection", comme le stipule le projet de nouveau Code des familles de la République de Cuba.

Cuba offre ainsi un exemple concret de ce que le socialisme peut permettre comme émancipation, là où la "première démocratie du monde" autoproclamée (les USA) supprime le droit à l'avortement dans de nombreux Etats, mais discute également de la possibilité à ces mêmes Etats d'interdire l'homosexualité. Ainsi, Cuba socialiste garantit des parcours de transition sûrs et gratuits, sans psychiatrisation, tandis que le Parti communiste et les organisations de masse qui lui sont liées luttent au quotidien contre les LGBTIphobies.

Image 1031403 20220714 ob adfb2d zg5x 18862469 familia 0

Toutefois, la lutte commence dès maintenant. La tâche des révolutionnaires est de permettre l'unité de classe dans l'ensemble de sa diversité, et donc de lutter contre les préjugés qui la divise. Cette unité est matérielle : elle se fait parce que nous avons tous intérêt à lutter ensemble pour nos droits. La lutte pour le logement (ouverture immédiate et massive de places en foyers d'urgence), contre le chômage et la précarité (de nombreuses enquêtes montrent que les personnes LGBT+ sont particulièrement touchées par ces fléaux), pour une éducation de qualité (notamment pour une éducation sexuelle qui prenne en compte la diversité), pour une Sécurité sociale intégrale (qui rembourserait sans conditions les parcours de transition et garantirait l'accès dans des conditions sûres) contre le fascisme et la propagande réactionnaire, contre les violences sexistes et sexuelles... sont autant d'axes qui recoupent les intérêts matériels immédiats des prolétaires LGBT+ et ceux du prolétariat dans son ensemble.

A l’inverse opposé, les promesses du capitalisme "inclusif" ne se révèlent que dans d'autres moyens de nous transformer en produits de marketing voire de produits tout court.

Pour le communisme, société où le libre développement de chacun est la condition nécessaire à l'émancipation de tous, rejoins la Jeunesse Communiste !

Img 20220710 143953

LGBT+ Formation Marseille Jeunesse Communiste des Bouches-du-Rhône lutte