OTAN

  • Pas une arme, pas un homme, pas un euro pour leur sale guerre en Ukraine !

    Comme dans de nombreuses guerres où les troupes des pays impérialistes ne sont pas intervenues directement, le débat a surgi sur la question du soutien à apporter aux prétendues “forces démocratiques” en Ukraine, opposées au “totalitarisme russe”.

    Comme souvent, notre pays a choisi d’y envoyer des armes et des munitions. Sous couvert de défense de la démocratie, de l’Europe, etc. Rapidement, des critiques se sont multipliées, rappelant la nature extrêmement réactionnaire du pouvoir en place à Kiev, son origine putschiste, la prédominance des milices nazies, etc. Ce qui auparavant et durant les 8 dernières années de guerre était inaudible et ultra minoritaire a d’une manière ou d’une autre trouvé son chemin jusqu’à avoir une place dans le débat public.

    Lire la suite

  • L’Europe de la défense : un danger pour la paix et la fraternité des peuples

    Une politique européenne de défense se développe progressivement, en lien avec l’OTAN. Le traité de Maastricht a créé une politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Celle-ci est devenue la politique européenne de sécurité et de défense (PESD) avec le traité de Lisbonne.

    Lire la suite

  • Ukraine : pays fasciste ?

    Le fascisme est une question brûlante en Ukraine. Depuis des années, l’Etat ukrainien servait d’outil de propagande pour la Russie. L’Etat russe cherche à garder le contrôle de sa zone d’influence en Europe de l’Est, en particulier les pays proches de ses frontières. Or, le coup d’Etat d’Euromaïdan en 2014 a accentué le processus de déliquescence de l’Etat et marqué un rapprochement avec l’Union Européenne et l’OTAN. Cependant nous devons bien nous pencher sur la question, car les conséquences de la fascisation de l’Ukraine impacteront les pays européens et au-delà.

    Pour ce faire, il faut s’accorder sur une définition du fascisme. Georgi Dimitrov, le 2 août 1935 lors du 9ème congrès de l’Internationale Communiste, dont il était le secrétaire général de l’exécutif, définit le fascisme comme « le pouvoir du capital financier lui-même. C’est l’organisation de la répression terroriste contre la classe ouvrière et la partie révolutionnaire de la paysannerie et des intellectuels. » En résumé, la dictature ouverte et terroriste de la bourgeoisie.

    Lire la suite

  • Rassemblement à Marseille contre la guerre impérialiste

    Mercredi 23 mars, les Jeunes Communistes étaient mobilisés à Marseille devant la préfecture puis devant l'ambassade des Etats-Unis sous le mot d'ordre "OTAN, RUSSIE, non à la guerre des impérialistes !". Des camarades de Ligne rouge, journal communiste, des Jeunes Communistes Alpes Maritimes, du PCRF - Bouches du Rhône / Union de la Jeunesse Communiste, de l’ANC Bassin Ouest 13 ont également répondus présents à notre appel.

    Peuple travailleur et jeunesse de France : nous n’avons aucun intérêt dans ce conflit, et en ce sens, nous réclamons la sortie de l’OTAN tout de suite et maintenant, l’arrêt des livraisons d’arme qui ne feront qu’amplifier cette guerre et la généraliser !

    Nous tenons à rappeler que nos camarades les frères Kononovich de la Jeunesse Communiste d'Ukraine sont toujours maintenus prisonniers par le régime de Kiev. Ils ont été torturés et nous craignons pour leur vie. Nous exigeons leur libération immédiate !

    Cette première action pour la paix en appelle bien d’autres, car nombreux sont ceux et celles qui sont contre la guerre sans choisir un camp ou un autre.

    Diffusons nos analyses, nos mots d’ordre, nos actions pour créer une mobilisation pour la paix entre les peuples, contre la guerre des impérialistes ! Menons le combat de classe tous ensemble et maintenant !

    Participons ensemble à élargir la mobilisation pour la paix, contre la guerre impérialiste !

    Pour rejoindre la lutte pour la paix et le socialisme, adhère à la Jeunesse Communiste !

    Lire la suite

×