Non au "Plan Jeune" du gouvernement !

NON au « Plan Jeune » du gouvernement
NON à l’exploitation, au chômage et à la précarité de la jeunesse populaire !

Communiqué commun des Jeunes Communiste du Bas-Rhin, des Bouches-du-Rhône et de Lyon. Annoncé le 13 août à l'occasion d'un rassemblement organisé à Lyon par nos camarades.

118005725 1698875926950564 8659402839828395706 o

La Jeunesse populaire, tout comme l’ensemble des travailleuses et travailleurs, a subi de plein fouet les conséquences de la crise actuelle.
+ 30% de chômeurs en plus parmi la jeunesse populaire en France selon les chiffres officiels pendant la crise sanitaire.

Face au chômage de masse, l’Etat préfère jouer l’hypocrisie. La bourgeoisie parle de « crise de coronavirus » pour s’extraire de la responsabilité de toute la misère engendrée. Mais la pandémie n’a fait qu’accélérer les conséquences de la crise capitaliste déjà existante. Les contradictions entre capital et travail s’aiguisent et le patronat s’empresse d’attaquer les droits et les salaires des travailleurs.

Le 23 juillet, le premier ministre J.Castex a présenté son « plan jeune », considérant la jeunesse comme une priorité. Ce plan est surtout là pour, encore une fois, la sauvegarde des profits du patronat en ouvrant le cadre légal d’une exploitation toujours plus forte de la jeunesse populaire.

 

Le « Plan Jeune » c’est :

L’exonération des cotisations sociales et la baisse des salaires : à l’embauche d’un jeune, les patrons se verront encore plus exonérer de cotisations sociales. C’est une grosse attaque contre notre part de salaire socialisé et notre système de sécurité sociale. Sachant qu’une majorité de la jeunesse populaire est embauchée au SMIC déjà exonéré de la quasi-totalité des cotisations sociales !

L'augmentation de l’exploitation des apprentis : plusieurs milliers d’euros vont être donnés aux patrons qui embauchent des apprentis. Ces contrats sont utilisés par le patronat pour payer moins cher leurs salariés, car, malgré le cadre légal, les apprentis font le même travail que les autres travailleurs, sans le suivi d’un tuteur pour un salaire de 50% du SMIC !

La multiplication des contrats précaires : jamais le chômage n’a été considéré par le gouvernement comme étant de la faute du patronat qui ne crée pas d’emploi et le détruit massivement. Au lieu de créer de l’emploi avec des droits, le gouvernement invente de nouvelles formes de contrats précaires, comme les contrats aidés qui enferment toujours plus la jeunesse populaire dans la précarité.

Toujours plus de travail gratuit : le gouvernement veut doubler le nombre de services civiques. S’appuyant sur une rhétorique de citoyenneté et d’engagement social et solidaire, il enchaine la jeunesse populaire privée d’emploi dans des missions payées une misère, moins de 500 euros par mois !

En cette période de crise, aucune réponse ne sera apportée par la classe des exploiteurs ! Le patronat ne cesse d’augmenter le travail gratuit de la jeunesse populaire pour tirer toujours plus de profits. Ce n’est pas le virus qui détruit de l’emploi, crée le chômage et baise les salaires, c’est le patronat.

Le capitalisme n’offre à la jeunesse populaire qu’un avenir de chômage, de précarité et de guerre !
Mais la misère n’est pas une fatalité. La jeunesse populaire nous devons nous battre pour faire valoir nos revendications et construire un avenir meilleur

Lycéen, Etudiant, Jeune Travailleur prends ta part dans le combat de classe !

 

Ensemble, imposons :

L’augmentation en nombre et en montant des bourses : plus un seul étudiant populaire ne doit avoir à travailler pendant ses études et chaque étudiant doit, sur critères sociaux, avoir accès à un logement digne et gratuit et à une bourse lui permettant de répondre à ses besoins.

La sécurité sociale intégrale à gestion 100% ouvrière financée intégralement par les cotisations sociales. Chaque incapacité à travailler doit être incluse dans la Sécurité Sociale, y compris l’assurance chômage. L’Assurance chômage doit couvrir 100% de l’ancien salaire, sans délai d’expiration jusqu’au retour définitif à un emploi stable afin d’en finir avec les minimas sociaux (RSA, et projets antisociaux type Revenu Universel d'Activité - RUA). De même, l’assurance chômage doit être un droit pour les primos demandeurs d’emploi, ceux n’ayant jamais travaillé.

La fin des contrats précaires : la titularisation de tous les contractuels et la CDIsation de tous les CDD pour un réel droit au travail.

La rémunération à salaire égal pour tous les apprentis : il est hors de question que des travailleurs soient sous-payés quelle que puisse être la soi-disant raison

Le service public et unifié de l’enseignement et de la formation : pour un véritable droit au études, pour une école 100% publique qui réponde aux intérêts du peuple travailleur. Pour arracher l’enseignement qu’il soit général, technique ou professionnel aux griffes de l’intérêt privé, avec des diplômes de qualité reconnus sur l’ensemble du territoire.

 

Face à leur projet de société imposons le nôtre, battons nous pour un avenir de travail, de dignité et de paix !
Pour la révolution et le socialisme, jeunesse populaire ORGANISE TA COLERE
!

 

Lien du compte rendu sur facebook du rassemblement du 13 août : https://www.facebook.com/mjcflyon/posts/1698876406950516?__tn__=K-R

chômage précarité apprentis sécurité sociale

×