17/04/2017 Puissances étrangères, quittez la Syrie !

  • Par jc13
  • Le 14/05/2018

L'aventure impérialiste doit cesser MAINTENANT

Ces dernières semaines le conflit détruisant la Syrie depuis maintenant 6 ans a pris une ampleur supplémentaire après l'envoi de 59 missiles tomahawks par les USA sur une base de l'armée syrienne. Prétextant l'emploi d'armes chimiques ou de destructions massives comme en Iraq, en Libye, au Yemen, et dans tous les pays futurs où les intérêts des monopoles nord-américains l'exigent, les Etats Unis ont fait le choix de la possible escalade dans le conflit.

Rappelons que l'intense propagande menée contre Bachar El-Assad s'appuie depuis le début du conflit sur deux sources majoritaires : l'OSDH composée d'un homme seul au Royaume Uni et les soi disant "casques blancs", en réalité proches de l'ASL et d'Al Nostra, branche d'Al Quaeda en Syrie. Ces faits bien que surprenants sont à éclairer par les diverses échappées de responsables politiques français, comme Fabius déclarant "Sur le terrain, al nostra fait du bon boulot".

La désinformation sur la question syrienne a probablement atteint son paroxysme lors de la battaille d'Alep, lors de laquelle la plupart des média ont fondé leur informations sur des déclarations sur tweeter : on a vu fleurir les "dernières vidéos" des "derniers survivants" dans les "dernières poches de résistance", alors qu'après examen ces comptes étaient souvent en lien avec ces mêmes factions assimilables à l'ASL, et que toutes les autres sources locales contredisaient ou apportaient des angles de vue totalement différents de la version montrant Assad comme le nouveau Hitler.

En particulier, l'emploi d'otages par les partisans de l'ASL, le fait qu'ils ont retenus les civils dans la zone de conflit pour empécher l'armée syrienne alors en meilleure position de les attaquer plus brutalement, les attaques contre les civils essayant de quitter la zone, ... De tout ceci on entend pas parler dans les média.

Affirmer qu'une campagne de désinformation vise par tous les moyens à criminaliser le régime syrien en s'attaquant à Bachar El Assad, tout ceci pour les intérêts stratégiques de l'impérialisme Européen et Nord Américain, ce n'est pas soutenir le régime. C'est refuser de servir de caution à l'aggression d'une nation et à son possible morcèlement, et être conscient de la brutalité de l'attaque subie par les travailleurs syriens, dont des centaines de milliers sont forcés à l'exil, à la noyade en méditerannée, à la réaction barbare que Daesh exerce dans sa zone d'influence, aux bombardements des hopitaux, ... La "coalition internationale" a plongé la Syrie dans le chaos et la ruine, et la première touchée est la classe ouvrière. Si nous demandons l'arrêt immédiat de l'intervention c'est justemment parce que ce n'est pas en versant le sang de nos frères qu'ils règleront la question sociale en Syrie, mais l'inverse.

Actuellement les forces de l'OTAN sont engagées dans une battaille à Mossoul, tenue par l'Etat Islamique, en Iraq. Depuis la défaite du gouvernement iraquien cette reconquête est en préparation et le camp atlantiste a précédé l'offensive par une propagande triomphale, annonçant que c'était le dernier bastion avant Racca, capitale de Daesh. On a cependant pas non plus entendu parler des milliers de morts causés parmi les civils par cette offensive qui se poursuit encore actuellement.

Outre les média ce sont les organisations politiques qu'il convient de pointer du doigt, y compris celles qui se revendiquent "progressistes" voire "communistes". En cette période électorale où nombreux sont ceux qui se prétendent les amis des peuples, combien réclament clairement la fin des interventions impérialistes en Syrie ?

La guerre actuelle n'est pas une guerre civile et ne l'a jamais été, c'est une opération de destabilisation à grande échelle, s'inscrivant dans la continuité du plan impérialiste au moyen orient, visant à redistribuer les marchés, les richesses et l'emploi de la main d'oeuvre vers les monopôles des pays alliés dans l'OTAN. Les Etats Unis en premier lieu mais également la France, l'Allemagne, le Royaume Uni, .. Sans oublier le rôle régional d'importance joué par la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar, qui ont entretenu l'idéologie wahabite, soutenu matériellement de nombreuses organisations armées obcurantistes, jusqu'à ce que le terreau créé par les destabilisations en Afghanistan, en Irak, en Libye puis en Syrie fasse naître Daesh.

Si les puissances atlantistes ont toujours condamné Assad elles n'avaient pas entrepris d'action directement contre l'armée syrienne. Aujourd'hui ce n'est plus le cas, les Etats Unis ont poussé plus loin leur aventure et le risque est grand pour les peuples en Syrie, au Moyen Orient et dans le monde entier. La Syrie est actuellement au centre de nombreuses contradictions entre impérialismes et il n'est pas exclu qu'elles trouvent leur résolution par un conflit généralisé.

Communistes dans les faits comme dans les discours, nous affirmons que les guerres pour le partage du monde entre les classes possédantes ne sont pas l'affaire des travailleurs ! Nous réitérons notre soutien à la classe ouvrière syrienne et condamnons les ingérences quelque soit leurs justifications fallacieuses : plus un seul soldat français hors de France !

Nous avons lutté, nous luttons et nous lutterons toujours contre l'impérialisme et en premier lieu contre les intérêts guerriers des monopoles français. Les capitalistes de notre pays font partie des plus aggressifs, les nombreuses guerres menées ces dernières années au nom de la "démocratie" en attestent, de même que la place prépondérante de l'industrie militaire française dans le monde, et la place de 3e plus gros vendeur d'armes au monde tenue par l'Etat français.

En tant que premier outil pour les guerres meurtrières des capitalistes, l'OTAN est une organisation totalement impérialiste, qui ne sert en rien les intérêts des peuples. C'est pourquoi nous exigeons la sortie de la France de cette alliance, tout comme la fin des aggressions extérieures.

Nous ne laisserons pas les impérialistes verser le sang des peuples sans réagir, ce sont nos frères qui meurent pour le compte des profits de ceux qui nous exploitent. Pas de paix entre les classes, pas de guerre entre les peuples !